CSI Doc Rock

Et si on s’amusait un peu …ou utiliser la ludification en pédagogie

La mode est aux jeux : serious game, escape game, nous voilà entrainer au pays de la gamification entre Mario Bros et les Pokémons.

Si on peut restreindre cela à un phénomène d'actualité, l’inventivité et les innovations pédagogiques viennent cependant souvent du civil. POurquoi donc ne pas s'en inspirer !

 Encore une fois mon moto, de la nuance... Nous n’allons pas brûler les manuels scolaires pour investir dans une PlayStation, mais… une petite pincée de fun n’a jamais fait de mal à personne.

Pokemon

Je commencerai son cet article par un hommage à Jean- Michel Zakhartchouk et a son livre L’enseignant, un passeur culturel qui m’a permis d’avoir le CAPES d’une part et d’avoir une véritable idée de ce que je voulais faire de mon métier d’enseignant.

 

 

Combien de fois j’ai eu des profs savants mais très peu pédagogues qui m’étouffaient sous leur savoir .Comme j’étais un gentil petit monstre, je travaillais relisais mes leçons et m’intéressait, mais pas toujours… Certaines fois, j’abandonnais mon cahier rempli d’allèles (vague souvenir de SVT),  ou de dates relatives à la guerre froide sans aucun regret… Tout ça pour finir ma petite introspection, pour revenir à M Zakahrtchouk, et parler de la motivation des élèves:  S’il faut en passer par la culture populaire et expliquer le mythe d’Hercule en faisant référence au Disney, j’accepte… à condition ensuite progressivement quand mon petit monstre a révélé une étincelle d’intérêt dans son œil droit de revenir aux textes fondateurs, à une analyse des significations dans le contexte et à offrir de véritables objectifs d'apprentissages, 

Faire un  détour pédagogique par la culture populaire n'est pas un compromis ou un signe de démagogie, mais une possibilité d'éveiller la curiosité, l'esprit critique chez les élèves.

Donc la ludification n’est pas un compromis, il s’agit d’une ruse pédagogique. En utilisant des situations ou des supports différents, il s’agit d’atteindre les mêmes objectifs que dans une approche plus standardisée (Souvent les élèves qui me posent des problèmes dans les situations un peu plus insolites sont les élèves les plus scolaires, ça leur fait du bien de sortir de leur petite routine  tandis que ceux qui ont parfois du mal à se concentrer sont pas mal motivés par un decentrage de l'approche par la vidéo, la manipualtion ou le jeu ...)

 

Après cette mise en bouche, le cœur du problème : c’est quoi la ludification ? Un joli gros mot pour recouvrir en fait des toutes petites astuces : le travail en équipe ou en groupe relevé déjà de la ludification, l’utilisation d’un questionnaire ou d’un quizz en ligne également. Donc je suis presque sûre que nous ludifions sans le savoir …

 

Serious gaming 1

Je crois que j’aime le côté pirate de la ludification : il s’agit simplement de détourner les dispositifs existants et là tout est possible : J’étais par exemple peu emballé par l’escape game, mais après en avoir réalisé un avec mes copines-collègues J’ai trouvé cela super : si cela vous intéresse, vous pouvez voir le compte rendu de cette expérience ici  ou là Mon premier Escape Game

Autre nuance, le serious gaming ou la pédagogie par le jeu n'est pas forcément numérique. Au contraire, je reviens vraiment aux jeux traditionnels. L'informatique est ludique par défaut, elle est aussi utilisée majoritairement à des fins de divertissent par les eleevs ce qui en fait un support privilegié pour traviller la ludification, mais pas que... les jeux de plateaux, les dispoitifs ludiques sont parfois tout aussi pertinent selon les objectifs que l'on se fixe...

D’autre part, pour reprendre la modélisation de la créativité de Pierre Gosselin, il existe plusieurs polarités dans la pédagogie par le jeu (serioux gaming).

Pour aborder la question du jeu dans l’école, on peut également l'aborder du côté des usages : vocation première et modalités de détournement On peut alors identifier trois catégories d’usages pour les jeux en éducation.

Serious gaming 2

A ce sujet, le livre d'Alvarez est très riche et très interessant 

 

Donc on le voit bien encore une fois, il n’existe pas un usage du jeu. Comme tout dispositif pédagogique, le serious gaming ou la pédagogie par le jeu s’inscrit dans une démarche, avec une véritable exploitation pédagogue d’un dispositif existant, créé dans un but éducatif ou non.

 

Concrètement, j’utilise des jeux parfois en classe : le dernier en date étant le Trivial Poursuit du Rock avec la professeure de musique (en anglais)

817aobclafl sl1500

Il m’est arrivé à plusieurs reprises de créer des Trivial Poursuit thématiques avec les élevés qui étaient en charge de rédiger les questions. Une fois le jeu complété, les eleves ont la joie de jouer avec leur produit fini !!! ( J'ai un petit faible pour le Trivial Pursuit ....) On utilise un plateau existant et on fait les fiches de questions

Img 6899

 

Et j’ai choisi de créer des serious game pour la visite du Centre de Doc en début d’année sous la forme de petits questionnaires 

Screenshot 2018 07 17 10 16 18

La ludification n’est pas une révolution encore une fois, mais un une arme pédagogique supplémentaires dans l’attirail de la doc-pirate !!!

 

Et vous, avez-vous des jeux sérieux ou détournés que vous utilisez en EMI ? Cela m’intéresse vraiment de savoir…Vous pouvez laisser un commentaire ou me contacter ici

funemi pédagogie ludification

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !