CSI Doc Rock

La place de la lecture dans la formation en Centre de Doc

OU....Je veux qu'ils lisent !!!!!!

Chaque année, je m'acharne à la force de regards noirs à mes collègues de français, de présentation qui tourne au one-woman show, de menaces, de cajoleries, de colère noire et d'explosion de joie quand on me rend le livre que l'on a mis 6 mois à lire, je m'acharne à mettre en place des jeux lecture sous diverses formes depuis le compte-rendu jusqu'au débat littéraire. Parce que JE VEUX QU'ILS LISENT
Dans mon projet de politique documentaire, j'ai un versant Parcours de culture numérique et informationnel et je pense formaliser l'année prochaine un Parcours de lecteur.

Le principe : je fais une sélection de  romans de littérature jeunesse récents (en m'inspirant des sélections des incorruptibles par exemple) et ils doivent lire un livre tous les mois avec une restitution à la clef. Si cela vous intéresse, voici les projets 2014

Cette année, comme dans tous les projets que l'on porte à bout de bras, j'ai connu des déconvenues: problème d'organisation, de rythme, de soutien moral, d'encouragement des élèves par les enseignants, ce qui fait que par moment je me sens comme Don Quichotte, réduite à combattre des moulins à vent pour galoper dans les plaines de la lecture.

Et bien je ne lâcherais pas prise parce qu’il me semble que si personne n'ouvre une porte, si personne ne donne la possibilité aux monstres d'accéder à des livres de lecture loisir (A la suite de Pomdoc, je trouve que les documentalistes n'ont pas le monopole de la lecture plaisir. Certains monstres prennent énormément de plaisir à lire l'Odyssée en cours de français ou un roman sur l'esclavage lors d'un projet interdisciplinaire en histoire)

Les limites 

Quand un prof me dit qu’il n'a pas "le temps de faire lire ses élèves" argument que je retrouve chaque année, je me marre bien. J'explique calmement que c'est "l'élevé qui lit" et que la seule chose qui le poussera à lire c'est la prescription (ou dans mon cas la menace.) Mais c'est en s'intéressant aux lectures des monstres qu'on les encouragera à lire.

 

On m'a demandé de valoriser les lectures personnelles Il me semble que les lectures personnelles appartiennent justement à ce petit coin ou je n'ai pas le droit d'aller mettre mon nez et que si je serais toujours là pour en discuter, les monstres aux lectures personnelles n'ont sans doute pas besoin de mon intervention. Les jeux lecture, dont j'obtiens souvent des retours positifs de la part des parents sont justement là pour permettre un entredeux lecture institutionnelles/ lecture personnelle. Elles sont une proposition de lecture plaisir autour du quelle je tiens également à maintenir un cadre un pied au Centre de Doc, un pied dans le cours de français, car je ne crois pas à la lecture gratuite. Moi-même, qui adore lire, je viens a la lecture dans un contexte particulier (avant de m'endormir, pour me reposer le geek end...) et souvent après avoir épuisé toutes les autres possibilités de loisirs à ma disposition (Télévision, internet, vidéos, musique, web, réseaux sociaux) Je ne suis vraiment pas sûre que je puisse en exiger plus d'un charment monstre adolescent.

Donc quelques réflexions/ idées pour la pérennité de ces actions coup-de-poing lecture:

Une organisation au cordeau : des semaines butoirs définies dès le début de l'année et le calendrier affiché par grade sur un panneau dans le couloir pour donner des réflexes aux monstres (et aux profs)

La possibilité de télécharger les livres soit par le biais d'une bibliothèque numérique soit par un achat avec droit de prêt (lire c'est lire, peu importe le support)

Une véritable réunion bilan avec les professeurs pour voir les forces et les faiblesses de chaque niveau

La confection de teeshirts slogans pour ME motiver....Parce que vous m'avez bien compris, je veux qu'ils lisent....

Je continue à réfléchir sur le sujet et voici de quoi alimenter ma réflexion

http://www.cndp.fr/savoirscdi/cdi-outil-pedagogique/conduire-des-projets/activites-pluridisciplinaires/incitation-a-la-lecture-la-mediation-du-professeur-documentaliste/texte-de-reflexion/i-laction-de-mediation-et-le-contexte-professionnel-du-mediateur.html

Sans toujours nous en douter, nous vivons ensemble, aujourd'hui, comme enfants du livre et petits-fils de l'écriture.

Michel Serres Petite Poucette

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !