Convergence et interdisciplinarité: approcher l’EMI par la fiction l.

Ou comment bâtir un curriculum EMI en 3eme à partir de 1984 de George Orwell

Tout a commencé par un beau jour de travail autour des réformes, par une réunion de travail sur les EPI (Enseignement de Pratiques Interdisciplinaires) pour les classes de 3èmes. La professeur d’Anglais nous fait part de son travail sur l’étude du roman 1984 de Georges Orwell. Le professeur d’histoire-géographie et d’EMC, Mme Léveque @levequemadame, s’en mêle et j’arrive en tant que professeur documentaliste en renfort en tant que spécialiste de l’information. Chacun amène ses idées, son angle de travail, son expertise.

De cette collaboration, naît notre EPI 2084 qui nous emmène dans les aventures de Winston, renvoyé dans le passé, qui doit collecter des indices des dangers qui se profilent pour la société.

D’abord présente en tant qu’appui méthodologique, je me suis aperçue pendant mes préparations, que je pouvais complètement inverser le processus et que je pouvais bâtir l’intégralité de mon curriculum d’EMI pour le niveau de la classe de 3eme à partir du roman de Georges Orwell

Un curriculum EMI autour des médias et de la démocratie.

Au fur et à mesure de l’avancée de l’EPI, une logique  d’organisation s’est imposée dans le traitement de mon programme d’éducation aux médias. J’en suis arrivé à traiter les différents axes de travail à la lueur ou plutôt sous le regard de Big Brother. Une première partie de l’année consacrée à la culture médiatique permet d’aborder les thèmes suivants :

-Information, désinformation et propagande. (Quel est le statut de l’information ? Qu’est-ce que la désinformation ? Est-elle toujours intentionnelle ? Réalisation d’une affiche de propagande)

- Censure et la liberté d’expression : Qu’est-ce que la censure ? La censure existe-t-elle toujours en démocratie ?

-Débat et recherche documentaire : Big Brother est-il parmi nous ?

Autour de la culture numérique, trois séances seront consacrées aux Big data et de la surveillance, en partenariat avec l’enseignant de mathématiques sur les algorithmes et leur place dans la société

Autour de la culture citoyenne, nous travaillons actuellement sur la mise en place d’un débat en lien avec l’Enseignement Moral et Civique autour des médias et de la démocratie. Nous projetons de travailler dans le cadre de la Semaine de la Presse avec une journaliste radio militante, qui nous parlera de son métier, de ses expériences de reportages sur le terrain, et de sa vision du rôle des journalistes dans la société.

      

Poster de Propagande : Productions des élèves de 3emes.

On voit les possibilités qu’offre le roman de George Orwell avec des thèmes toujours d’actualités et un véritable questionnement politique et social, qui s’inscrivent complètement au cœur de la formation EMI. Un autre aspect positif du travail autour d’une fiction réside autour des possibilités de  scénarisations que cela permet au cœur de la classe.

Scénarisation et mise en histoire de l’EMI : motivation et esprit critique

Le roman de George Orwell m’a vraiment offert un véritable cadre romanesque, un cadre dans lequel inscrire mes séances pédagogiques. Sans passer directement par un jeu de rôle, le fait d’avoir un fil rouge, une histoire à raconter m’a permis d’ajouter une dimension narrative au contexte du cours et de susciter la curiosité, l’intérêt des élèves.

Il s’avère également que le passage par la fiction permet d’aborder autrement l’Education aux médias et à l’information,  d’une façon plus personnelle, moins rationnelle. Les échanges autour du roman permettent d’un part  d’avoir un champ de références communes et d’autre part de mobiliser les représentations préalables présentes chez les élèves. On réagit d’abord de façon émotionnelle avec des doutes, des interrogations, du scepticisme, voire de la véhémence à défendre mon point de vue par rapport aux différentes péripéties ou aux situations évoquées dans le roman.

L’étape suivante étant de déplacer ces réactions sur une échelle plus scientifique en proposant des recherches documentaires pour se renseigner, confronter des points de vue, évaluer les arguments, les resituer et les restituer. La fiction permet ainsi de déplacer les objets de connaissances du registre personnel en le confrontant à des points de vue extérieurs vers un registre sociétal.

La première phase de mobilisation et de confrontation d’idées au sein de la classe permet la mise en place d’une expérience critique qui permet la relativisation de nos représentations préalables.

La seconde phase d’externalisation par le biais de sources documentaires qui vont nous apporter des informations différentes mais qu’il va falloir elles-mêmes évaluer surtout sur des sujets d’actualité  qui peuvent prêter lieu à polémique. L’évaluation et la validation (ou le rejet) de ces sources relevé d’un second niveau d’analyse critique.

La combinaison de l’expérience critique et de l’analyse critique relève pour moi du processus d’élaboration de « l’esprit critique » en permettant de travailler sur différents registres cognitifs et de favoriser la construction d’un regard honnête et affûte sur le monde qui nous entoure. Les élèves sont ainsi amenés à partager leurs ressentis, leurs lectures personnelles des événements puis a effectuer un retour critique en écoutant, en se documentant, en analysant, en participant activement à leur propre formation. 

Vivons-nous en 1984 ?

Telle est la question qui sous-tend toute la philosophie de ce projet, né de rencontres humaines et littéraires. Le débat est une part importante de notre travail d’EMI cette année. Si la réponse est positive et que nous vivons en « 1984 », il me semble que la formation aux compétences info-documentaires et l’Education aux Médias seront les moyens  qui permettront à nos élèves de se défendre : « Devrions-nous donc faire confiance à la technologie qui nous a été donnée? Devrions-nous succomber à ce que nous appelons les nécessités modernes? Le prix à payer est lié à notre vie privée.. Les  gens ont le choix d’utiliser des technologies « plus anciennes ». Nous pouvons envoyer des lettres. Nous pouvons lire des livres. Non seulement cela nous donne la vie privée, il donne la postérité une chance de se séparer de la technologie et de se connecter en face à face… » (Extrait de la contribution de Lauren sur le Forum de discussion des classes de 3ème Vivons nous en 1984?)

Pour suivre le projet :http://www.csilila.com/pages/p-tits-historiens/epi-2084.html

Exemple de module du manuel EMI : Décrypter une affiche de propagande http://csiemi.e-monsite.com/pages/les-experts-du-college/parcours-de-journalistes/3eme-decrypter-une-affiche-de-propagande.html

Décrypter les médias en démocratie : http://csiemi.e-monsite.com/pages/les-experts-du-college/parcours-de-journalistes/decrypter-les-medias-en-democratie.html

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau