Culture littéraire et numérique

  • Par csidoc
  • Le 28/11/2016
  • Commentaires (0)

Quand on parle de culture littéraire, rien ne semble plus antinomique que l’idée de société numérique comme si on mettait Montaigne et Bill Gates en concurrence. Et pourtant…

Dans le cadre de réflexions pour la préparation d’un atelier MLF America sur la culture littéraire et son usage numérique, j’en suis venu à m’interroger à plusieurs niveaux

 Comment le numérique permet-il de travailler la culture littéraire ?

A partir du Dossier  La technologie au service de la lecture par Annie Marois, j’ai réfléchi sur les possibilités d’usages du numérique à différentes étapes du travail autour de la littérature.

Culture litteraire et numerique

L’usage de la technologie encore une fois, n’est pas un but en soi, mais un usage raisonné et finalisé avec des objectifs pédagogiques déterminés. Si le même travail peut être fait sur un cahier, avec un passage par l’écriture, cela vaut-il le coup de perdre le temps de travailler avec un outil numérique ? J’aime assez l’idée de lecture augmentée (accès a des dictionnaires en ligne, supports multimédias) , l’outil numérique est censé apporté une approche différente.

La technologie n’est pas « cool », si on ne la maitrise pas ou tout simplement si on ne la sent pas. Rien ne sert de se forcer à faire un twitter en ligne si vous n’estes pas convaincu de l’apport de cette démarche. L’usage des réseaux sociaux ou des logiciels n’est surement pas une garantie de motivation, ou même d’intérêt des élèves. Ils ne sont pas dupes, ces petits monstres. Si vous n’êtes pas au clair avec vos objectifs (partager, discuter, enregistrer de l’audio…), vous perdrez en crédibilité. Lire à ce propos l’article de Francois Jourde Bien doser le numérique : de la fatigue à l’enthousiasme

 

L’usage du numérique contraint également à remettre en cause sa posture pédagogique d’enseignant : même en étant le geek de service, ces petits mutants technologiques seront toujours plus rapides que vous. Vous aurez donc des moments de doute, de bafouille ment technologique (« Madame, j’arrive paaaaas… »On arrive en super héros !) voire de remise en cause de votre maitrise technique (« Eh Madame, vous avez vu, on peut faire ça… » On reste bouche ouverte)

Néanmoins les quelques expériences que j’ai eu l’occasion de faire autour du numérique pour travailler une œuvre littéraire, sans devenir annuelle ou systémiques m’ont beaucoup apportés et reste dans l’esprit des monstres gentils.

Il est bien entendu nécessaire de travailler réellement en partenariat pour ajuster le projet aux objectifs (on n’a pas les mêmes attentes en 5eme et en 1ere) autour des objets d’étude de l’œuvre littéraire  (entrée par les personnages, les décors, prolongement argumentatif ou fictionnel)

Voici juste queles exemples :

Le Facebook des personnages de  Carmen en 3eme

La classe Twitter littérature en 2nde @csidoclila  (Presnetation du projet sur Docs pour Docs La littérature contemporaine avec Twitter)

Le débat des philosophes en 4eme

Si cela  vous intéresse pour prolonger vos reflexions, plus de ressources ici :

Culture litteraire et numerique, par csidoc

 

 

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau