CSI Doc Rock

La contagion pédagogique...

En ces temps incertains, parler de contagion peut paraître un peu grinçant ! Mais nous parlerons bien de contagion pédagogique.

Pourtant, c’est justement le moment de parler des petites joies et des moments du quotidien. Personnellement, je n'aime rien tant que découvrir de nouvelles inspirations. J'aime beaucoup préparer des dossiers ou des ateliers car cela me permet de m'organiser mais rien ne me fait plus plaisir (mon petit shoot de dopamine) que d'échanger, de débattre, de dialoguer, de déraper avec des amis profs, des collègues virtuels du bout du monde ou tout simplement les gens de mon CDI, et en discutant, en échangeant en débattant, au cours d'une conversation, une petite graine germe.. J'imagine une image, une séance, une affiche, un projet ... et puis on en reparle, et puis j'oublie … ca se niche dans un coin de cerveau, ca grandit et puis pop, ça revient a la surface à des moments parfois incongrus  ...

Servezvous

Mon activité préférée de profdoc est bien de faire cours et de travailler avec les élèves, mais cette phase de cogitation, "d'accouchement maïeutique" pédagogique est aussi une de mes moments favoris  surtout quand elle est nourri par de supers échanges. Ouh ce petit frisson d'enthousiasme qui arrive quand une nouvelle id♪0e pointe le bout de son nez !

Ainsi un échange de messages avec ma collègue profdoc du lycée Français de Toronto @LyceeFrancaisTo  s'est terminé par la création d'une séance commune autour du thème Maths et Médias, que nous avons proposé dans nos deux bahuts.

Ma copine profdoc de Twitter @clairementdoc a monté un super projet sur Wikipédia ce qui m'a donné envie de relooker une séquence que j'avais déjà et de la proposer aux professeurs autour des 20 ans de l’encyclopédie Wikipédia.

Un projet sur les récits de création dérape et je me retrouve avec ma copine prof de lettres  à construire un musée virtuel...

Une discussion sur le yoga dérive sur l'utilisation de techniques de concentration poru travailler les débats en classe .... Enfin bref !  

La profusion des visuels et des initiatives des profdocs vus sans relache sur les reseaux sociaux  me laissent des horizons  vertigineux et radieux à explorer ... Tout en maintenant un garde-fou  pour veiller à ne pas me disperser et á gérer ma surcharge mentale toujours présente.

Mais rien de tel pour un petit pansement au moral que ces collaborations impromptues, ces échanges incongrus et qui sont bien plus gratifiants que toutes mes séances de médiation. Mon credo est qu’un CDI ne peut pas vivre seulement par la volonté du profdoc mais avec ses usagers, ses partenaires (même lointains…) Mon CDI est un écosysteme.  Il ne s’agit pas de faire l’apologie des réseaux sociaux mais bien de cultiver son jardin personnel (dans le jargon sa sphère de développement) pour avancer ensemble malgré les obstacles de notre temps.

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires

  • Claire Pommereau
    Tes billets sont toujours un boost d'énergie et de positivité.
    Je ressens la même chose que toi : on a envie de tout faire, tous azimut, et on est débordés, mais c'est trop bien quand-même, grâce aux échanges, au sentiment de contribuer à quelque chose, aux rencontres. Et grâce à nos usagers.
    Enfin, c'est ce que je ressentais jusqu'à récemment...
    Perso, le "vertigineux" tend à l'emporter en ce moment sur le "radieux"...
    Et j'ai du mal à maintenir ma charge mentale, qui explose.

    Ce que j'ai repéré, c'est que j'ai de moins en moins les satisfactions dont tu parles avec tes collègues, tes réussites pédagogiques qui compensent la charge technique ou mentale.Je bave un peu devant tes compte rendus !
    De mon côté, j'ai l'impression que plus je repère de choses à faire, moins j'arrive à en faire. Il y a un bug dans le processus !
    Dans ma montgolfière, devant cet horizon vertigineux et si alléchant, j'en viens à souhaiter pouvoir lâcher quelques sacs de lests, et avoir un peu plus de monde avec moi dans la nacelle...

    Le paradoxe des RS, c'est qu'ils chargent cette nacelle d'idées et de nouvelles connaissances, en même temps qu'ils la remplissent de copains virtuels et de messages positifs.
    Selon les jours, la balance est positive, ou anxiogène.
    Le tout est de terminer toujours par une note positive. Un de tes billets, par exemple ;)